Comment trouver des stats de sites pour Montréal 2

Comment trouver des stats de sites pour Montréal

Une agence de publicité m’a récemment fait la demande suivante :

« Nous sommes en train de bâtir une présentation sur le paysage médiatique du Québec pour un de nos clients et je cherche à obtenir l’information suivante :

  • Nombre de visiteurs uniques sur des sites anglophones à Montréal
  • Nombre de visiteurs uniques sur des sites anglophones dans le reste du Québec (excluant Montréal)
  • Nombre de visiteurs uniques sur des sites francophones à Montréal
  • Nombre de visiteurs uniques sur des sites francophones dans le reste du Québec (excluant Montréal) »

Bien entendu je ne nommerais ni l’individu ni l’agence en question ici. La réponse à cette question peut être plus qu’évidente (bien que décevante) pour certains d’entre nous, mais elle demeure un mystère (un espoir?) pour plusieurs publicitaires qui ne sont pas encore des experts en publicité interactive.

Normalement,  le type d’information recherché ici, les visiteurs uniques, est disponible avec comScore (un sondage tiers – consultez mon billet d’il y a deux semaines à ce sujet). comScore permet d’identifier les visiteurs uniques dans l’univers total, ou uniquement les Francophones. Donc pour connaître les top sites des anglophones au Québec (en sélectionnant la région Québec), il faudrait sortir les deux et soustraire la portée francophone du total.

Là où la réponse est décevante est que comScore n’offre pas des données plus ciblées qu’à la grandeur du Québec. Il est donc impossible d’avoir une idée des top sites à Montréal francophone vs anglophone, ou ces mêmes classements pour le Québec excluant Montréal.

Si la donnée « local » est archi importante, il existe toujours une alternative (bien qu’elle ne soit pas conventionnelle). Il s’agirait d’utiliser le sondage BBM, autant les sondages PPM pour Montréal (anglais et français séparément) ou cahiers d’écoute pour les autres marchés Québécois, permettent de voir certains sites visités par les auditeurs radio ou téléspectateurs. Je recommande BBM comme alternative pour trois raisons : A- certains (pas tous comme dans comScore) sites sont identifiés dans le sondage, B) BBM sonde principalement au niveau des marchés urbains et C) les données en PPM sont disponible très rapidement (dans la même semaine qu’elles ont été collectés) – elles sont donc pertinentes au niveau de leur récence.

BBM permettra d’avoir une idée de la portée d’Internet dans chaque marché sélectionné et des top sites – mais ne pourra être utilisé comme classement définitif car pas tous les principaux sites (probablement moins que le quart) ont payé pour se retrouver dans le questionnaire. Les rapports sont purement à titre indicatif.

Il faut savoir que ce type de donnée de marché (granularité géographique) est disponible avec comScore aux États-Unis. Nous pouvons donc avoir espoir qu’un jour nous aurons ces données de disponible au Canada.

 

Ajouter un commentaire