Un terrain de jeu égal pour tous – 10 Mythes sur le contenu des marques, pt2 3

Veuillez consulter la première partie de ce billet si ce n’est déjà fait.

Le « branded content » est une des grandes tendances en publicité ces temps ci. Je crois que c’est une tendance qui va évoluer (billet à suivre avec mes prédictions 2011) grandement et devenir « normale » et « courante. » Un autre outil dans l’arsenal d’un annonceur.

Mais attention, tout comme l’univers des médias sociaux n’est pas de toute évidence pour une marque, le contenu de marques ne l’est pas non plus. Il est trop facile d’avoir vu une marque faire quelque chose et s’assumer qu’on est aussi capable, qu’on a deviné les règles du jeu. Je vais probablement réécrire beaucoup sur ce thème en 2011, mais il est toujours bien de commencer par démolir quelques mythes.

Dans le premier billet:

1-      Les gens vont vouloir voir votre contenu de marque

2-      Les gens seront patients avec votre contenu

3-      Les gens vont trouver votre contenu

4-      Le web est un terrain de jeu égal pour tous

À l’entrée, oui, mais déjà au premier geste, on constate que ce n’est pas tellement le cas, ni que cela compte vraiment. Les capacités et talents de chaque joueur sur ce terrain y seront pour beaucoup. Certains blogues, Mashable, TechCrunch, HuffingtonPost, performent mieux que plusieurs sites de médias traditionnels. Il n’y a pas de gêne à s’associer à un média établis ou un site web « pure » pour promouvoir notre contenu – cela peu à la fois « légitimiser » (autre ajout au dictionnaire) ce contenu auprès d’une cible et faciliter sa promotion.

5-      On ne sait pas pourquoi certaines choses deviennent virales

Il n’y a aucunes règles d’établis ou d’écrites en vidéo ou autres contenus – réellement. Oui il y a des règles de journalisme, d’éthique, et des façons de faire historiques qui ont longtemps fonctionné. Mais ce ne sont pas les seules façons de faire, ni nécessairement les meilleures. Il y a des occasions ou même la qualité n’est pas très importantes, où « assez bon » fait l’affaires ou encore où « top notch ou rien » est requis. C’est toujours une question de jugement. Il y a  par contre des meilleurs pratiques qui peuvent être utilisé selon le contexte :

  • Le plus court le mieux : je suis très bon pour m’étendre longuement sur un sujet et graduellement perdre mon auditoire… C’est un dur travail que de ramener tout à l’essentiel, concis. Que préférez-vous sur un site internet, une vidéo de 50 minutes une fois par semaine? Ou encore 5 vidéos de 10 minutes?
  • La fréquence est importante à juger : sur Facebook 4 à 6 mises à jour par jour est limite (2-3 est beaucoup mieux), en nouvelles et sur Twitter vous pouvez en mettre autant que vous voulez, en vidéo sur YouTube, 1 par jour serait super, mais là faut considérer vos capacité de production.
  • Accrochez votre auditoire rapidement : Votre contenu doit surprendre et passionner. Il doit être pertinent pour l’auditoire, lui rendre service, lui apprendre quelque chose de plus qu’il ne sait pas déjà.

6-      L’expérience est mieux que la documentation

La nouvelle génération, les milleniaux / jeunes adultes, mets plus d’importance dans la documentation que dans l’expérience. Considérez Flick, Twitter et Facebook et leurs mises à jour de statut. C’est de la légère vantardise technologique. En tant que publicitaire ou communicateur, il vous faut créer par votre contenu de marque une expérience par laquelle votre auditoire pourra démonter à quel point ils sont actifs, cool, à la mode, en forme, au courant… Nike a produit un service pour aider les coureurs et joggeurs de mesurer leur courses, se comparer à eux même et à leurs amis. D’autres marques ont créé des services / environnements de contenu connexes à leurs produits. Que fait votre clientèle avec votre produit? Comment pouvez vous vous insérer dans ce comportement / état d’esprit?

Ce billet fut inspiré en partie par un article de Mashable du 8 juin 2010.

Ajouter un commentaire