Numérique ou Interactif ? 6

Franchement! Ce débat que j’amène (car je ne sens personne d’autre l’amener) démontre là ou en sont ceux qui utiliser ces termes.

Récemment au Rendez-Vous des Médias d’Infopresse et à d’autres événements, plusieurs dirigeants et grands spécialistes de la communication marketing ont parlé de médias numériques, de l’ère du numérique, des plateformes numériques… Mes dents grinches à chaque mention du mot « numérique », ou encore quand on dit « digital » en anglais.

Expliquons pour commencer ce que signifie numérique

  • Selon Wikipedia:  Le terme numérique (nom ou adjectif) désigne une information ayant été quantifiée et échantillonnée, par opposition au terme analogique qui désigne une information « brute » a priori non quantifiée ni échantillonnée. Le terme numérique est surtout employé en informatique et en électronique, notamment pour le son numérique ou la photographie numérique. La numérisation représente la transformation d’une information ou série d’informations analogique en données numériques, à travers un échantillonnage (pour une série) et une quantification.

Personnellement, j’aimes bien cette définition. Numérique = technologie. Pas communication, média, marketing

Le terme que tous veulent dire (je le crois), c’est interactif.

  • Selon Wikipedia encore : L’interactivité est une activité nécessitant la coopération de plusieurs êtres ou systèmes, naturels ou artificiels qui agissent en ajustant leur comportement. L’interactivité est souvent associée aux technologies permettant des échanges homme-machine (voir interface homme-machine). Toutefois elle est présente dans toutes les formes de communication et d’échange où la conduite et le déroulement de la situation sont liées à des processus de rétroaction, de collaboration, de coopération entre les acteurs qui produisent ainsi un contenu, réalisent un objectif, ou plus simplement modifient et adaptent leur comportement. Elle distingue une communication interactive qui s’opposerait à une communication à sens unique, sans réaction du destinataire, sans feedback. Voir aussi borne interactive.

En autre mot, on parle ici de DIALOGUE, pas de technologie. Que la télé soit rendue à l’ère numérique, ne veut en rien dire qu’elle devient INTERACTIVE, mais qu’elle a le potentiel de l’être.

La distinction pour moi est cruciale. Quand j’entends NUMÉRIQUE, je comprends que quelqu’un a l’intention d’utiliser les nouvelles plateformes pour continuer à faire du push marketing (Tide Nouveau et Amélioré – écoutez mon message, mais je ne vous écoutes pas). 

Si nous sommes des communicateurs, des publicitaires, des spécialistes du marketing ou encore des médias, des relations publiques, de la créativité… bref, pouvons nous SVP parler en notre langue et faire abstraction de la technologie? La technologie n’est pas absolument nécessaire pour faire vivre à un citoyen une expérience interactive. Prenez en exemple les échantillons de parfums dans les magazines féminins – décollez le rebord et sentez le parfum. Ok technique d’impression, mais utilisé depuis longtemps. La lectrice vie une expérience de marque, elle interagit avec la pub, elle lit oui, mais elle découvre le rebord, elle sent et cela évoque des sentiments…

Ce débat est survenu au C.A. d’IAB Canada il y a 2 ans (j’y siège depuis 2001) ou nous nous sommes demandé si nous devions évoluer du « Internet Advertising Bureau » à « Interactive Advertising Bureau » comme venait de le faire les États Unis. Plusieurs, autant agences d’éditeurs, ont plaidé pour « digital » et j’ai alors fait le même plaidoyer que je vous fais maintenant à tous. Sommes-nous des technologues? Ou des spécialistes en communication? Je me considère dans la 2e option, et par conséquent de me démarque par mes connaissances en interactivité, en dialogue avec l’usager – pas en mes connaissances électroniques.

La technologie numérique permet, pas automatiquement, l’interactivité. C’est à nous comme communicateurs d’utiliser les moyens à notre disposition pour profiter au maximum des capacités numériques pour être interactif avec notre cible, pour lui faire vivre une expérience de marque.

SVP évitons le mot « numérique » et « digital » à l’avenir – pour me faire plaisir. 

Partagez moi vos commentaires et votre opinions sur ce sujet SVP

6 comments

  • Christopher Dorda dit :

    Dear Sam,

    What a great point you bring up. As a marketing consultant, specializing in media relation and content generation, here is my two cents worth:

    I agree that using the word digital is wrong. Absolutely wrong. Digital means that something has been digitized (given digits). In the case of MP3’s it’s a wave form turned into binary digits of 0’s and 1’s, for example, and that’s all, it has nothing to do with our ‘relationship’ with the content.

    Interactive is a much batter term.

    I like to use the terms passive communication (one way) and active (re-active, inter-active, pro-active, etc) communication for anything that is not one way, which is to say something that engages the targeted population on a level other than simply ‘being exposed to content’.

    I agree with your statement that ‘technology (digital or otherwise) does not automatically allow for interactivity. It’s only a tool to be used… like a forklift truck. If people (the so called leaders in our industry) don’t understand that, well, that’s their problem, and, coincidently, the reason why my company is acquiring so many contracts.

    Regards,

    Chris

  • Thanks Chris,
    I like the « active » angle. I’ll use it in the future – it clearly illustrates my point.

  • Sylvain Carle dit :

    Je suis pas mal d’accord avec le début de ton billet, numérique n’est pas nécessairement interactif. Mais interactif n’est pas nécessairement numérique non plus.

    Là ou je suis en désaccord c’est quand tu écris:

    « Quand j’entends NUMÉRIQUE, je comprends que quelqu’un a l’intention d’utiliser les nouvelles plateformes pour continuer à faire du push marketing »

    C’est une interprétation subjective de ce que « numérique » peut porter comme signification.

    Mais ensuite la définiton d’interactif: « être interactif avec notre cible, pour lui faire vivre une expérience de marque » c’est encore *exactement* un message de push marketing, à preuve les mots « cible » et « marque ». Désolé, je ne peux pas être d’accord avec si peu de nuance.

    « Numérique » est selon moi porteur de sens beaucoup plus large, surtout lorsque mis en contexte avec « culture » comme appoint. La culture numérique, c’est celle du réseau, des médias échangeables, du copier-coller, des textos, des commentaires dans les blogues, du « view source », des logiciels libres. Derrière « numérique » il y a dématéralisation et mise en réseau, il y a abondance plutôt que rareté, il y a atomisation plutôt que bundling… Il y a tous les modèles d’affaires qui font de ces éléments des avantages et non des inconvénients. Il y a les jeux vidéos, les téléphones intelligents, les blogues, youtube et bit torrent.

    Si numérique peut-être réduit et éliminé du discours, j’en doute fortement. Interactif aussi, c’est un axe, mais justement, n’est-il pas plus technique? Qu’est-ce qui nous interpelle le plus, un cd-rom interactif ou une oeuvre numérique? Ça dépends encore du nom auquel on colle l’adjectif!

    Alors, désolé, mais je ne te ferais pas plaisir, sur ce point spécifique. La discussion par contre, là ça me fait plaisir, j’espère qu’à toi aussi! 😉

    PS. Ce commentaire est à titre personnel, mais il est certain que mon rôle des dernières années au sein de l’alliance numérique m’a apporté de nombreuses occasions de me questionner sur la pertinence du terme.

    • Merci Sylvain,
      Tu amènes un bon point de vue et de bons arguments. Mon discours, j’aurais du identifier dès le départ, en est un de marketing, de communication de marque – pas un d’usager.
      D’un point de vue marketing, je persiste que l’interactivité doit primer sur le numérique. Le dialogue est que à quoi s’attend l’usager et l’annonceur, via son agence et ses médias ou plateformes numériques diverses doivent permettre ce dialogue.
      D’un point de vue usager (anciennement dit « consommateur ») oui on parle de culture numérique et jamais de culture interactive…

Ajouter un commentaire