Les options de ciblage publicitaires – mots clés et démographique 3

Les options de ciblage publicitaires – mots clés et démographique
This entry is part 6 of 11 in the series Options de ciblage publicitaire

Il y a de plus en plus de façons de contrôler le ciblage de la publicité sur les plateformes interactives : la géographie, la fréquence et le comportement n’en sont que trois.

Veuillez aussi consulter les autres types de ciblages déjà présentés :

Le ciblage par mots clés (keyword targeting) :

Lorsqu’on pense au ciblage par mots clés on pense immédiatement à l’achat de mots clés sur les moteurs de recherche. Bien que ceci représente la principale part de ce ciblage, il est aussi possible de cibler par mots clés sur un site web – autant sur des sites de services que des sites de contenus.

Par exemple, on peut sur un site de recette cibler le mot « tomate » pour diffuser une pub pour une marque de tomate ou produit similaire. Un autre exemple pourrait être de cibler une pub pour un véhicule spécifique sur un site de petites annonces automobiles. Enfin, sur un site de nouvelles on pourrait cibler le nom d’une ville ou région pour l’office touristique.

Il faut bien entendu faire attention au genre de résultats que vous obtiendrez versus ce que vous aimeriez avoir comme résultats, vous pourriez avoir des mauvaises surprises. Par exemple pour un office touristique, il faudrait faire attention de ne pas présenter des pubs lorsque qu’il y a des nouvelles négative ou relatives à un crime – il faut possiblement éviter certaines sections de sites.

Le ciblage démographique (demo-targeting) :

Le ciblage démographique se fait d’une de 3 façons maintenant (il y a deux ans j’en expliquais 2).

La première méthode consiste à cibler des sites dont comScore indique auraient une forte concentration chez le groupe cible. J’ai déjà parlé dans un billet précédent (comScore Canada / US fait vérifier sa méthodologie le 13 juillet 2009) de l’audit / vérification  que subit actuellement comScore MediaMetrix sur sa méthodologie, autant pour les États Unis que partout ailleurs. J’ai personnellement confiance qu’une fois que le service de recherche en question aura obtenu le sceau d’approbation du MRC, les données seront fiables hors de tout doutes – ce processus, 2ans et demi plus tard, n’est toujours pas complété, mais les données sont beaucoup plus proches qu’avant. Il faut comprendre que même si on cible un site suite à une analyse comScore, on s’adresse quand même à la portée totale du site en question, pas juste la cible qu’on recherche.

La deuxième méthode est de cibler exactement la cible recherché sur les environnements ou l’usager doit s’inscrire (ou se logger) pour accéder au site (Facebook, Hotmail, Messenger, sites de rencontres etc….). Puisque les gens se sont inscrit en répondant un certain nombre de questions, ces données sont ciblable en temps réel.

La troisième méthode et la plus récemment disponible dans l’industrie est le ciblage « exacte » via les échanges de données selon les données mis de l’avant par les usagers de certains sites, mais utilisables ailleurs. Par exemple, quelqu’un s’identifie comme un homme de 18-34ans de Montréal sur un site X, on peut le rejoindre partout dans sa navigation sur le web (peu importe le réseau) en le re-ciblant via un échange de données et un échange publicitaire.

Notez que certain de ces contenus ont déjà été publié dans un billet précédent : L’Arbre Généalogique du Ciblage ou encore la partie 2 de cette série – qui incluent d’autres options de ciblage moins utilisés aujourd’hui.

Series Navigation<< Les options de ciblage publicitaires – le re-ciblageLes options de ciblage publicitaires – ciblage comportemental >>

3 comments

Add comment